Projets et interventions du Comité ZIP Saguenay-Charlevoix

2

Territoires
d'intervention

486

kilomètres de rives

1079

Espèces
présentes

kayak-4814610_960_720

2023-2027

Caractérisation et Restauration des écosystèmes aquatiques du fjord du Saguenay

Ce projet consiste à acquérir des connaissances et à réhabiliter, sur quatre ans (2023-2027), des sites d’intérêt, herbiers et marais côtiers du Parc marin du Saguenay – Saint-Laurent (PMSSL) afin d’augmenter la capacité de résilience de ces habitats côtiers à s’adapter aux effets des changements climatiques et réagir aux pressions exercées par les activités humaines. Les activités s’inscrivant dans ce proiet visent à combler les lacunes de connaissances du portrait des écosystèmes côtiers du Saint-Laurent actuel en plus d’effectuer la restauration de marais côtiers. Cette restauration appuie la remise en état des habitats aquatiques côtiers et renforce la capacité de la biodiversité à s’adapter aux changements climatiques.

Ce projet permet également l’échange et la mise en commun de connaissances et de données d’experts et de divers partenaires locaux, tout en sensibilisant la communauté sur ces écosystèmes exceptionnels

2023

Restauration et mise en valeur du Parc Pélican (ZICO La Malbaie)

Au cœur de La Malbaie, le Parc pélican offre une vue imprenable sur l’embouchure de la rivière qui se jette dans le Saint-Laurent. On y retrouve une multitude d’oiseaux, qui lui procure d’ailleurs le titre de ZICO (Zone importante pour la conservation des oiseaux). Le projet consiste à planter une bande riveraine afin de stabiliser la berge et favoriser la biodiversité du milieu en plus de mettre en valeur les oiseaux de la ZICO à travers des panneaux d’interprétation. Des jumelles panoramiques permettent également un meilleur accès à l’observation de la faune aviaire.

2023

Chiroptère Charlevoix - Inventaire acoustique mobile de l’Isle-aux-Coudres

Depuis 2021, l’équipe du comité ZIPSC développe une expertise terrain des chiroptères grâce à un projet de caractérisation des populations de chauves-souris et de leurs habitats avec la municipalité des Éboulements qui s’inquiète de l’état des insectivores sur son territoire. Pour l’été 2023, nous avons agrandi notre territoire d’intervention en créant une nouvelle route d’écoute d’inventaires acoustiques de chauves-souris sur l’Isle-aux-Coudres grâce à une subvention octroyée par la fondation Zoo de Granby pour de l’acquisition de connaissances en terme d’espèce en péril. Cet inventaire a permis de combler une partie du manque flagrant de données sur le territoire en lien avec les chiroptères.

2023

Projet de restauration côtière à L'Anse-Saint-Jean

Le projet de restauration réalisé en 2023 visait à régler une problématique urgente d’érosion et de recul de la côte à l’Anse-Saint-Jean entre la marina et le camping de l’Anse. Il a été rendu possible grâce à un partenariat avec la municipalité de l’Anse-Saint-Jean et avec l’aide du comité d’adaptation aux changements climatiques de l’Anse-Saint-Jean. 

Les techniques choisies pour la restauration sont celles du génie-végétal ou phytotechnologies ainsi que la végétalisation pour protéger les rives mais aussi pour améliorer la qualité des habitats fauniques; particulièrement l’habitat des poissons et des oiseaux. Les aménagements conçus et réalisés par le comité ZIP Saguenay-Charlevoix couvrent une distance de 590 mètres entre la marina et le camping de L’Anse-Saint-Jean. Le travail terrain pour l’installation des ouvrages ainsi que pour la végétalisation a nécessité 10 jours de terrain. Au total, c’est 144 mètres linéaires de côte qui ont été restaurés avec des techniques de génie-végétal dont 54 mètres linéaires restaurés avec des fascines de saules vivants, 94 mètres linéaires restaurés avec des boudins pré-végétalisés et 40 mètres carrés restaurés avec des matelas de branches de saules. Aussi, 367 végétaux arbres et arbustes ont été plantés dans la bande riveraine. 

2023

Plantation au parc de la Pointe du bout d’en bas À L’ISLE-AUX-COUDRES et Élaboration d’un PSIÉ

Le projet vise à restaurer le parc des perturbations liées aux activités non réglementées à la Pointe du bout d’en bas depuis des années telle que le passage de véhicules et le camping qui ont exercé une pression sur le milieu naturel. Le Comité ZIP Saguenay Charlevoix collabore donc avec la municipalité de l’Isle-aux-Coudres pour revégétaliser les sentiers désuets et de délimiter les chemins choisis  afin de diminuer la fragmentation du milieu.

La municipalité de l’Isle-aux-Coudres travaille à créer un parc dans le milieu exceptionnel afin d’y favoriser une accessibilité en respect du milieu. Le Programme de Suivi d’Intégrité Écologique (PSIÉ) a pour objectif d’aider la municipalité à dégager les tendances dans l’état de santé des écosystèmes et de cibler des actions pertinentes et adaptées pour les protéger. Le programme permet de suivre des indicateurs concernant la biodiversité, les conditions environnementales, l’empreinte humaine, les espèces exotiques envahissantes et les activités en périphérie de la Pointe du Bout d’en Bas.

2023

Contrôle et éradication des EEE à proximité du marais de Saint-Joseph-de-la-Rive

En 2023, le Comité ZIPSC entreprend de mettre en œuvre les recommandations du Plan d’action : restauration, suivi et contrôle des inventaires des Éboulements. La zone ciblée est le marais de St-Joseph-de-la-Rive et la baie des Éboulements. Les EEE à éradiquer, qui ont été identifiées et localisées préalablement à l’été 2022, sont le Roseau commun (Phragmites australis) et la Renouée du Japon (Reynoutria japonica), deux espèces identifiées comme préoccupantes au Québec. Les techniques employées sont la coupe, l’excavation manuelle, le bâchage et la plantation d’arbustes colonisateurs.

2023

Portrait écologique et socioéconomique de trois Réserves de territoire aux fins d'aires protégées (RTFAP) de l'estuaire du Saint-Laurent

Sur le territoire du Comité ZIPSC, on dénombre actuellement 3 Réserves de territoires aux fins d’aires protégées (RTFAP). La désignation RTFAP est un statut administratif octroyé par le Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP) qui vise à octroyer un statut provisoire de protection dans l’attente d’une désignation officielle d’aire marine protégée. Pour orienter le MELCCFP dans la mise en place d’un réseau d’aires protégées respectant les usages et les milieux naturels de l’estuaire du Saint-Laurent, le Comité ZIPSC a organisé une série d’ateliers d’échange avec les acteurs de l’estuaire et produit un portrait écologique et socio-économique de son territoire.

2022

Projet de restauration des rives du Saguenay

Le projet de restauration des rives du moyen Saguenay s’inscrit dans une démarche concertée d’actions et d’acquisition de connaissances poursuivie par le programme de restauration des écosystèmes côtiers du Saguenay, rives et marais intertidaux et vise à régler des problématiques liées au déclin de la population d’éperlan arc-en-ciel du Saguenay. La protection naturelle des rives à proximité des frayères d’éperlan arc-en-ciel par la végétalisation est le principal axe du projet. 

Les étapes du projet étaient l’identification des sites, une campagne de sensibilisation et de recrutement, la planification des plantations et l’exécution des plantations. Le projet a permis la plantation de 1600 végétaux en bande riveraine au abords de la rivière Saguenay. Au total, 19 bandes riveraines végétalisées d’environ 10 mètres de profondeur ont été aménagées chez des propriétaires privés dans les secteurs du chemin des Terres-Rompues et du chemin de Villas à Saguenay. Aussi, une bande riveraine de 5 mètres par 68 mètres a été plantée sur une parcelle agricole du chemin des Terres-Rompues. Finalement, une bande riveraine de 5 mètres par une soixantaine de mètres a été plantée sur des terrains publics de la rue Wilson.

2022

Inventaire et caractérisation des espèces exotiques envahissantes dans la MRC de Charlevoix-Est

La répartition de la population de la MRC de Charlevoix-Est est très inégale, ainsi les côtes de Charlevoix-Est subissent moins de pression anthropique qu’ailleurs sur le littoral du Saint-Laurent. De ce fait, les inventaires de EEE sont moins fréquents dans ce secteur et peu de données sont disponibles en lien avec cette problématique. C’est pourquoi le Comité ZIPSC a voulu documenter le sujet et constater sur le terrain l’état de la situation dans la MRC de Charlevoix-Est.

Les objectifs de la caractérisation étaient les suivants : Identifier les secteurs d’intérêts sur la côte de Charlevoix-Est afin de déterminer les endroits à caractériser; Réaliser un inventaire des talles de EEE présentes dans les secteurs d’intérêts identifiés en priorisant le potentiel d’éradication pour chacune d’elles; Produire un Plan d’action pour de futures interventions (contrôle, suivi, éradication); Fournir aux municipalités de Charlevoix-Est un rapport pour documenter la problématique des EEE sur leur territoire.

 

2022

Mise en valeur des chauves-souris résidentes du Québec et de leurs habitats

Ce projet implique la mise en oeuvre d’actions de restauration et de sensibilisation communautaire dans le but de soutenir le rétablissement de la population des chauves-souris du Québec, en s’insérant dans le Plan de rétablissement des chauves-souris du Québec du MELCCFP.

Dans le cadre de ce projet, la sensibilisation auprès des citoyens visait autant à informer les gens à protéger les chauves-souris qu’à aider nos inventaires. Le volet sensibilisation du projet permettra donc de démystifier le public des peurs liées aux chauves-souris et de cibler leurs airs d’utilisation sur le territoire afin de diriger nos campagnes d’acquisition de données. Le volet restauration permettra de se servir de ces informations pour aménager des habitats propices à la reproduction des espèces ciblées en installant des dortoirs aux sites appropriés. Vu la lacune de données sur les chiroptères de Charlevoix, notre étude exploratoire dans la région permettra d’obtenir de premières informations sur les populations qui y sont présentes.

2022

Contrôle et éradication des plantes exotiques envahissantes sur le territoire des Éboulements

Le projet s’inscrit dans la volonté du milieu d’assurer l’intégrité de la biodiversité et la pérennité des usages sur le territoire de la municipalité des Éboulements. Les études et les actions entreprises pour ce projet ont été réalisées dans la perspective de se doter d’une stratégie intégrée pour faire face à la menace des plantes exotiques envahissantes. Le Comité ZIP a eu comme mandat de situer et de cartographier de manière précise les colonies de Roseau commun et de Renouée du Japon sur les sites de haute valeur choisis par la municipalité. Ayant comme objectif de suivre la croissance des colonies au fil du temps et de planifier adéquatement leur éradication.

Nous avons d’ailleurs développé un dépliant d’information, afin d’épauler ceux et celles qui aimeraient faire de même chez eux, puisque certains plants se situent effectivement sur des terrains privés.

2022

Contrôle et éradication des plantes exotiques envahissantes sur le territoire de St-Fulgence

Le plan d’action pour la lutte et le contrôle des plantes exotiques envahissantes se veut un outil pour la gestion des EEEv dans le secteur de la ZICO du marais de Saint-Fulgence et d’une zone de protection de 300 au pourtour de celle-ci. Ce plan d’action présentera l’ensemble des problématiques liées aux espèces exotiques envahissantes végétales (EEEv) présentes dans le secteur de la ZICO du marais de Saint-Fulgence. Le plan dressera aussi un portrait des connaissances actuelles. Finalement, des recommandations et solutions pour la lutte et le contrôle des plantes exotiques envahissantes seront émises.

Nous avons d’ailleurs développé un dépliant d’information, afin d’épauler ceux et celles qui aimeraient faire de même chez eux, puisque certains plants se situent effectivement sur des terrains privés.

2022

Plan d'action concerté pour la conservation des écosystèmes du Parc littoral de Saint-Fulgence

 La municipalité de Saint-Fulgence souhaite unifier les divers secteurs d’intérêt du milieu (les battures, le marais, le Cap-des-Roches et la flèche littorale) par la création du Parc Littoral de Saint-Fulgence.. Ce projet vise avant tout à assurer la conservation du milieu, à offrir un lieu de connexion à la nature à la communauté en plus de favoriser l’éducation. Le tout en harmonie avec les activités se déroulant sur le territoire.
Afin de soutenir la municipalité de Saint-Fulgence dans son projet, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix et ses partenaires ont réalisé une vaste concertation
ayant pour objectifs d’identifier les sites d’importance du territoire, d’identifier leurs différents enjeux et menaces ainsi que de recueillir des suggestions d’actions et de solutions à mettre en place pour mieux protéger ces sites.

2021

La biodiversité au service du citoyen: limiter la présence d'insectes piqueurs à Saint-Joseph-de-la-Rive

Le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix travaille avec la municipalité des Éboulements afin de conserver et mettre en valeur l’un des plus importants marais intertidaux de la région de Charlevoix: celui de Saint-Joseph-de-la-Rive.  Le secteur fait face à une abondance d’insectes piqueurs de plus en plus élevée empêchant les citoyen.nes de profiter pleinement de leurs activités extérieures. Il s’agirait donc d’un habitat de choix pour l’alimentation et la reproduction de plusieurs espèces d’insectivores aériens, dont les populations font face à d’importants déclins au Canada. Le projet consiste ainsi à s’attaquer aux insectes piqueurs en favorisant la reproduction de leurs prédateurs naturels: les insectivores.

2021

Portrait des changements climatiques et identification des impacts et risques pour la Ville de Baie-Saint-Paul

Au cours des prochaines décennies, les changements climatiques en cours, soit une hausse majeure de la température moyenne annuelle et une  modification du régime des précipitations, exigeront des collectivités de la résilience qui passera par des mesures permettant de s’adapter à ces changements.
Dans ce contexte, à la lumière des données scientifiques, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix et la Ville de Baie-Saint-Paul dressent le portrait des impacts liés aux changements climatiques sur le territoire de Baie-Saint-Paul et de Charlevoix .

2020

Inventaire des plantes exotiques envahissantes en charlevoix

À l’automne 2020, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix à fait le recensement des plantes exotiques envahissantes (PEE) dans les secteurs de Saint-Joseph-de-la-Rive, Baie-Saint-Paul,Cap-aux-Oies et de la MRC de Charlevoix-Est.  L’accent a été mis sur certaines plantes facilement identifiable en condition automnales. Les trois espèces principalement visées étaient : le roseau commun (Phragmites australis), la renouée du Japon (Reynoutria japonica), ainsi que l’impatiente glanduleuse (Impatiens glandulifera).Il s’agissait d’un premier inventaire de ce genre a être effectué dans la MRC de Charlevoix-Est.

2020

Mémoire remis dans le cadre  du Bureau d’audience publique sur l’environnement concernant le projet Énergie saguenay

Le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix (ZIPSC) s’intéresse aux enjeux impliquant le projet Énergie Saguenay initié par GNL Québec Inc. En tant qu’organisme ayant un mandat de concertation avec les acteurs régionaux, ainsi qu’un rôle de protection de l’environnement, les enjeux qui nous concernent sont : les impacts directs et indirects du projet sur les écosystèmes naturels de la rivière Saguenay et du Saint-Laurent et les répercussions sur les usagers (pêcheurs, touristes et plaisanciers) du territoire de la ZIP Saguenay-Charlevoix en rapport avec les principes directeurs du Plan d’Action Saint-Laurent.

2020

Plan d'action pour la mise en valeur et développement du secteur fluvial dans la mrc de charlevoix (collaboration)

Ayant pour objectif de repositionner le Saint-Laurent au cœur de son développement, la MRC de Charlevoix accompagnée du Comité ZIP Saguenay-Charlevoix a initié, le 22 octobre 2019, une journée d’échange et d’inspirations pour la mise en valeur et le développement du secteur fluvial sur le territoire de notre MRC. Cette journée a rassemblé une cinquantaine de participants. Ce plan d’action découle des échanges, des idées et des priorités identifiées parmi les gens présents. Il inclut également plusieurs actions inscrites au plan d’action qui avait été élaboré précédemment.

2020

étude de l'état des rives du moyen-saguenay

Dans le cadre du Fonds pour la Restauration Côtière (FRC), le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix à réalisé une étude de l’état des rives du Moyen-Saguenay. Il s’agit d’une première étape de notre Programme de restauration des écosystèmes côtiers du Saguenay, rives et marais interdidaux.

La caractérisation des bandes riveraines a mis en lumière que certains secteurs côtiers du Moyen-Saguenay sont fortement dégradés et présentent des signes avancés d’érosion. Ces altérations réduisent de façon importante le rôle de protection naturelle des rives à proximité des frayères d’éperlan arc-en-ciel. La reproduction et le recrutement de l’éperlan arc-en-ciel pourraient donc être affectés par des apports sédimentaires excessifs que les bandes riveraines de faible qualité ne seraient pas en mesure de limiter.
Le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix propose ici des actions ayant pour objectif la protection des frayères et le maintien de l’abondance de l’éperlan arc-en-ciel dans le fjord du Saguenay.

2019

Plan d'ACTION ADAPTÉ POUR LA CONSERVATION ET LA MISE EN VALEUR DE LA POINTE DU BOUT D'EN BAS (isle-aux-coudres)

Le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix travaille depuis plusieurs années avec la municipalité de l’Isle-aux-Coudres afin d’établir une stratégie efficace de gestion durable pour le territoire de la Pointe du Bout d’en Bas. Le site présente un environnement unique avec un caractère naturel peu aménagé, une mosaïque de milieux variés, ainsi qu’une histoire et une géologie particulières.

Les objectifs fixés pour le projet consistent, dans l’optique d’une gestion durable du territoire, à cibler les éléments importants à mettre en valeur, ainsi que les actions nécessaires à la conservation du milieu naturel et de sa biodiversité. De plus, en considérant les enjeux sociaux, la proposition d’options concrètes qui sauront guider les citoyens ainsi que la municipalité vers une entente commune sera essentielle.

 2019

PLAN D’ACTIONS CONCERTÉES SUR LES ENJEUX DE BIODIVERSITÉ LIÉS À LA NAVIGATION SUR LA RIVIÈRE SAGUENAY

L’objectif de cet exercice est de présenter un document préalable au diagnostic des enjeux, problèmes et orientations qui constitueront notre plan d’actions concertées sur la navigation en lien avec la biodiversité du Saguenay. La journée de concertation organisée le 15 novembre 2018 à la Baie avait permis de mettre en évidence le besoin de faire évoluer un plan d’actions concertées sur la navigation en lien avec la biodiversité, d’où notre mandat pour le Fonds d’action Saint-Laurent (FASL).

2019

Plan de conservation ZICO La Malbaie-Pointe-au-Pic

L’estuaire du Saint-Laurent est un milieu d’importance majeure pour Charlevoix pour la diversité d’habitats qu’il procure aux espèces qui l’occupent. Ainsi, celles-ci y trouvent des sites de reproduction (hareng, oiseaux marins, phoque commun, béluga) en plus de s’y alimenter, de s’y reposer et d’y hiverner. C’est pourquoi il est essentiel de bien cibler et définir les enjeux de conservation pour la région de Charlevoix. Il faut aussi prévoir des méthodes et des plans de développement qui considèrent la valeur essentielle de l’environnement, de concert avec tous les acteurs et partenaires qui ont un rôle à jouer pour le développement du Saint-Laurent. Le programme international des zones importantes pour la conservation des oiseaux, communément appelé ZICO, cadre dans cette optique de préservation, de protection et de mise en valeur du territoire.

2019

CARACTÉRISATION DU MARAIS DE SAINT-JOSEPH-DE-LA-RIVE

Le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix travaille depuis quelques années avec la municipalité des Éboulements afin de conserver et mettre en valeur l’un des plus importants marais intertidaux de la région de Charlevoix. Ce site, méconnu des scientifiques et peu reconnu dans la région, offre à ses visiteurs un paysage unique sur le fleuve, en plus de détenir un rôle écologique d’une grande importance. Mis à part le temps offert bénévolement par les habitants des terrains privés à proximité (entretien d’un sentier de plein-air l’hiver, récolte des déchets), celui-ci ne fait présentement l’objet d’aucune mise en valeur ou de règlementation particulière afin d’assurer sa protection.

2019

Plan de restauration côtière de charlevoix

À la suite de l’appel à projet du Fonds de Restauration Côtière (FRC) mis en place par le Plan de Protection des Océans (PPO), le comité ZIP Saguenay-Charlevoix a proposé l’élaboration d’un Plan de Restauration Côtière (PRC) pour le territoire de Charlevoix. Ce PRC s’est avéré être une étape de connaissance et de priorisation des actions à mener dans le territoire avant la réalisation de tout projet de restauration. Ce document présente donc les fruits de ce travail dont une partie a été réalisée par notre partenaire, l’OBV Charlevoix-Montmorency.

 

 2019

Rapport sur l’état des  plages de Saint-Joseph-de-la-Rive et leur valorisation potentielle

Dans le cadre d’un de ses mandats, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix s’est chargé de dresser un  portrait  de  l’état  des plages de Saint-Joseph-de-la-Rive. Cette démarche s’est faite dans un  but ultime de rendre ces espaces littoraux plus accueillant au public (citoyens et touristes) tout en s’assurant de permettre à la faune et la flore autochtone de la région d’y vivre.  Nous avons donc procéder à une caractérisation du territoire et des plages de la municipalité en s’intéressant  plus  particulièrement  aux  accès,  aux  risques  d’érosion  et  à  la présence d’espèces  exotiques envahissantes dans le but de proposer des scénarios d’aménagement favorisant la biodiversité et l’accessibilité de ces lieux.

2018

Mémoire remis dans le cadre  du Bureau d’audience publique sur l’environnement concernant le projet Métaux BlackRock

Dans  le  présent  mémoire,  le  comité  ZIP  Saguenay-Charlevoix  ne  s’intéresse  qu’aux enjeux impliquant le projet “Métaux BlackRock” en lien avec la rivière Saguenay et plus particulièrement le transport des matières exportés à partir de l’usine. Les autres enjeux  environnementaux  sont  abordés  par  d’autres  organismes  avec  lesquels  nous  avons travaillé dans une démarche commune afin de couvrir l’ensemble des problématiques.
Ainsi, les aspects liés à l’acheminement, les transformations, les besoins énergétiques… ne  sont  pas  évoqué  dans  le  présent  document.  Par  ailleurs,  concernant l’approvisionnement en eau de procédé, ce sujet est travaillé par l’OBV Saguenay, avec lequel nous partageons l’analyse.

2017

PLAN D’ACTION POUR RéDUIRe LA PROPAGATION DeS eSPèCeS eXOTIQUeS eNVAHISSANTeS DANS Le CORRIDOR FLUVIAL De LA RÉGION DE CHARLeVOIx

La caractérisation des milieux humides et l’inventaire des dépotoirs sauvages situés dans le tronçon fluvial du Charlevoix ont été réalisés en 2014 dans la MRC de Charlevoix-Est (BEA, 2014) et en 2015 dans la MRC de Charlevoix (BEA, 2015). Ces inventaires ont permis de localiser les milieux humides et d’évaluer les menaces pouvant les affecter. Une des menaces mises en évidence suite à ces inventaires est la présence d’espèces exotiques envahissantes (EEE). Certaines espèces forment des colonies très denses pouvant affecter l’intégrité des milieux humides et la biodiversité des écosystèmes. C’est dans ce contexte que la Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) Saguenay-Charlevoix a mandaté le Bureau d’écologie appliquée afin de réaliser un plan d’action ciblant les colonies et les sites à prioriser pour le contrôle de celles-ci et ainsi viser une réduction de l’envahissement des EEE dans ce secteur. Ce plan d’action présentera un portrait global de la problématique.

2016

Caractérisation des accès au fleuve Saint-Laurent dans Charlevoix

Chaque municipalité côtière de Charlevoix possède au moins un accès au fleuve. Certains lieux sont très prisés et accueillent beaucoup de monde, notamment lors de la saison estivale. D’autres demeurent moins connus. Globalement on constate une accessibilité au fleuve, régulièrement répartie dans le territoire. Par contre il existe de longues distances sans accès au fleuve possible :

  • Petite-Rivière-Saint-François à Baie-Saint-Paul : 12 km
  • Baie-Saint-Paul à Saint-Joseph-de-la-Rive : 7 km
  • Saint-Joseph-de-la-Rive à Cap-aux-Oies : 7 km
  • Cap-aux-Oies à Saint-Irénée : 6,5 km
  • Saint-Irénée à La Malbaie : 8 km
  • Cap à l’Aigle à Port-au-Saumon : 15 km
  • Port-au-Saumon à Port-au-Persil : 8 km
  • Port-au-Persil à Saint-Siméon : 4,5 km
  • Saint-Siméon à Baie-des-Rochers : 14 km
  • Baie-des-Rochers à Baie-Sainte-Catherine : 16 km

2014-2015

caractérisation des milieux humides et inventaire des dépotoirs sauvages

Les aires couvertes par la végétation vasculaire sur les littoraux estuariens sont reconnues pour jouer des rôles écologiques de première importance. En effet, elles contribuent à la rétention des sédiments et à l’épuration des eaux, elles servent d’aires d’élevage des jeunes stades de poissons et de zone d’alimentation pour une grande diversité de faune, etc. Dans le cadre de la Politique de l’Eau et de sa Gestion Intégrée du Saint-Laurent, la Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) Saguenay a mandaté le Bureau d’écologie appliquée afin de réaliser un projet de caractérisation des milieux humides et d’inventaire des dépotoirs sauvages dans le tronçon fluvial compris à l’intérieur des MRC de Charlevoix et Charlevoix-Est.

2014

Traitement des eaux usées des municipalités riveraines

Depuis déjà quelques années, les médias régionaux et nationaux ont fait état des déversements d’eaux usées dans le bassin versant du Saguenay (Radio-Canada, 2008; DeLaSablonnière, 2011; Lévesque, 2012). Cette situation a aussi été relevée par les autorités du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent (PMSSL) et des chercheurs associés (Ménard et al., 2007; Lemaire, 2012). Le rapport annuel le plus récent produit par le Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du Territoire (Viana Moreira et Tremblay, 2014) fait état de nombreux dépassements des normes de rejets d’eaux usées et de plusieurs déversements au cours de l’année 2013 pour les municipalités du territoire concerné.

2013

Restauration, protection et mise en valeur du delta de la rivière Ha! Ha!

Avant le déluge de 1996, le delta de la rivière Ha! Ha! était colonisé par un grand herbier aquatique, d’une dizaine d’hectares, composé principalement de scirpe d’Amérique et de jonc de la Baltique qui servait d’aire de repos, entre autres, pour la bernache du Canada, l’oie des neiges et les canards lors des grandes migrations printanière et automnale. Le delta de la rivière Ha! Ha! est reconnu par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune comme une aire de concentration d’oiseaux aquatiques sur une superficie de 79 ha. Aujourd’hui, l’estran est formé de sédiments et de blocs de pierre déposés lors du déluge et l’herbier de scirpe d’Amérique n’occupe plus que 2 ha. Cet habitat avait été désigné le deuxième milieu humide en importance dans la région du Saguenay, après le marais de Saint-Fulgence.

 2013

Aménagement complémentaire d’un marais de scirpe américain à l’embouchure de la rivière Ha! Ha!

L’aménagement d’une lagune à l’embouchure de la rivière Ha! Ha! a été réalisé en 2011 afin de compenser la destruction d’habitats du poisson par les travaux de réfection du quai de Grandes-Bergeronnes. Afin de tenir compte de la modification du projet de réfection de ce quai qui résulte en une augmentation de l’empiètement en milieu aquatique, la restauration d’un marais de scirpe américain dans l’embouchure de la rivière Ha! Ha! a été réalisée à titre d’aménagement complémentaire en 2013.

2012

Caractérisation biophysique de l'île Pibrac

La Société d’aménagement de la Rivière-aux-Sables (SARAS) a mandaté le Comité ZIP Saguenay pour caractériser l’Île Pibrac afin de lui fournir les outils nécessaires à la prise de décision en vue de développer et mettre en valeur l’ensemble du secteur. Les travaux prévus consistent à regrouper les informations ayant trait à la tenure des terres, au zonage, aux caractéristiques des milieux humides, à l’inventaire de la faune, à identifier les potentiels et contraintes du secteur et à proposer des recommandations pour l’atteinte des objectifs de protection, de développement et de mise en valeur de l’île.

2011

Inventaire de la faune aquatique de la rivière Ha! Ha! en aval des chutes à Gamelin

L’objectif premier de cette étude est de faire l’inventaire de l’habitat du poisson et des espèces présentes dans la rivière Ha! Ha! dans le but de vérifier les possibilités d’aménagement. Le projet actuel d’inventaire s’inscrit dans une démarche entreprise par le milieu. La rivière Ha! Ha! est le cours d’eau qui a été le plus affecté lors des inondations de 1996. Depuis cet événement, aucune caractérisation n’a été faite sur ce plan d’eau afin de connaître les impacts réels de cette catastrophe écologique sur l’habitat et l’ensemble de son écosystème.

2010

plan de protection des frayères à éperlans arc-en-ciel de la rivière saguenay

Les aires couvertes par la végétation vasculaire sur les littoraux estuariens sont reconnues pour jouer des rôles écologiques de première importance. En effet, elles contribuent à la rétention des sédiments et à l’épuration des eaux, elles servent d’aires d’élevage des jeunes stades de poissons et de zone d’alimentation pour une grande diversité de faune, etc. Dans le cadre de la Politique de l’Eau et de sa Gestion Intégrée du Saint-Laurent, la Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) Saguenay a mandaté le Bureau d’écologie appliquée afin de réaliser un projet de caractérisation des milieux humides et d’inventaire des dépotoirs sauvages dans le tronçon fluvial compris à l’intérieur de la MRC de Charlevoix-Est.

2004

localisation des frayères à éperlans arc-en-ciel de la rivière saguenay: rapport de fin de projet (1995-2003)

PARTICIPEZ AU

DÉFI ST-LAURENT

Stratégies Saint-Laurent et ses partenaires proposent le Défi Saint-Laurent, un programme qui vise la réduction de la consommation des produits plastiques. Les membres de ce programme s’engagent à poser des gestes simples de sensibilisation et de mobilisation pour diminuer leur empreinte environnementale.